dimanche 23 octobre 2011

Intolérance au gluten: quand on s'appitoie sur son sort...


Je ressens une mélancolie, une certaine nostalgie, comme si on ravivait une blessure mal cicatrisée à chaque fois que quelqu'un mentionne un plat innocemment, sans faire exprès:
"Tu sais, une telle fait les meilleurs kibbeh du monde"
"C'est un four au bois qui fait la manoucheh à l'ancienne devant toi"
"Je vais à Tripoli exprès pour ramener une grosse boîte de halewet el jeben, elles sont succulentes"
Moi seule je sais qu'on n'a pas droit à tout ça, ni au présent, ni au futur.
Je souris comme si rien n'était et personne ne se rend compte de quoi que ce soit.

Et là, nos lecteurs vont bondir en scandant: "mais ce n’est pas grave! Ce n'est pas une maladie terminale..." 
Je sais... je sais... n'empêche, on a toujours ce sentiment, que tout le monde est invité au bal et au banquet, sauf toi!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire